Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 22:29

http://13h15-le-samedi.france2.fr/?page=accueil&rubrique=monoeilvideo=manuel_13h15_oeil_20100403_03042010144008_F2

La rubrique mon oeil du journal de France 2 du 3 avril 2010 sur le vote le hold up de la loi sur les paris en ligne...

Une honte supplémentaire pour l'ump et leur VRP de luxe

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Politique
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 07:14

Pourquoi je refuse le prélèvement ADN

 

 

 

Licencié pour délit de manifestation en 2003 pour défendre les retraites, condamné pour avoir défendu mon emploi, les lois de sécurité intérieure de N.Sarkozy m’imposent désormais de me soumettre au prélèvement d’ADN. Après une procédure judiciaire de 7 ans, une condamnation pour « séquestration » à  3 mois de prison avec sursis et         20 000 € d’amende, j’ai décidé de ne pas me soumettre à ce prélèvement que je juge dégradant, dangereux pour la démocratie, stigmatisant les militants syndicaux comme des criminels en puissance. Je n’accepte pas que l’on puisse aujourd’hui en France banaliser ce que l’on appelle communément la criminalisation du mouvement social et à travers cela la condamnation à de lourdes peines, des militants, des syndicalistes.

 

Pour l’avoir mûrement réfléchi avec la CGT mon syndicat d’appartenance et le PCF des Pyrénées Orientales, j’ai décidé de ne pas me soumettre à ce prélèvement qui nous déshonore.  Je suis déterminé à témoigner sur la place publique de la gravité de la situation, de mon indignation sur les faits qui conduisent aujourd’hui au fichage généralisé des syndicalistes, des militants politiques et associatifs qui résistent.  Je refuse d’accepter de me soumettre à ce prélèvement comme je refuse la condamnation qui m’a été infligée pour avoir occupé le bureau de la direction des ASF en 2003.

 

Cette période trouble et à la fois très dure pour bon nombre d’entre nous,  n’empêche pas ce gouvernement et le Medef d’en profiter pour remettre en cause l’ensemble de nos solidarités. Face à cela,  il nous faut en découdre publiquement pour montrer l’absurdité de cette politique et la dangerosité des lois qui criminalisent les mobilisations sociales, en délit de solidarité, en délit d’occupation d’entreprise, en délit de manifestation sur la voie publique, au même titre que n’importe quel délit crapuleux. En refusant de se soumettre au prélèvement d’ADN chaque syndicaliste, chaque militant condamné, est passible de 12 à 24 mois de prison ferme et de 18 à 30 000€ d’amende : Comment pourrions-nous accepter que l’on puisse emprisonner des syndicalistes dans l’exercice de leur fonction au pays des droits de l’Homme ?

 

Pour toutes ces raisons, nous devons obtenir le retrait de cette loi liberticide et sécuritaire qui menace et déshonore notre démocratie.  Menons ensemble ce combat !

 

Philippe Galano

 

 

La pétition peut être signée en ligne en cliquant sur le lien :

http://www.66.pcf.fr/La-democratie-est-en-danger.html 

Pense à faire suivre cette pétition à ta liste de contacts !

 

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Politique
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 20:37
le lien pour signer la pétition en ligne pour soutenir Philippe Galano

http://www.66.pcf.fr/La-democratie-est-en-danger.html
Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Politique
commenter cet article
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 11:58
Comment un syndicaliste peut-il être traité comme un délinquant ?


Par Philippe Galano, ancien syndicaliste des ASF, conseiller régional PCF, candidat mars 2010 "À GAUCHE maintenant!"


Je pensais que 2003 était bel et bien derrière moi. Une année de lutte qui m’a valu, à cette époque, bien des déboires, avec une justice qui ne m’a toutefois pas empêché de continuer à vivre la tête haute et avec mes convictions.


Un licenciement pour avoir organisé une manifestation, une procédure criminelle pour séquestration – « avoir été présent trente minutes de trop dans le bureau de la direction générale de la société des ASF » –, les huissiers à ma porte chaque semaine, voire les premiers temps chaque jour. Neuf mois de prison avec sursis en première instance, puis trois en dernière instance, c’est le tarif pour avoir défendu son emploi, les retraites et s’être opposé à la décentralisation. Une peine assortie de cinq ans de « mise à l’épreuve ». Eh oui, des fois que ça me reprendrait! C’était l’époque où les lettres recommandées pleuvaient à tel point que les huissiers s’autorisaient à ne plus sonner à ma porte. Des moments difficiles qui n’ont fait que renforcer mon sentiment que cette justice était de classe et que le système serait de plus en plus oppressant.

Trois mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende, un jugement final comme une libération, c’est plutôt paradoxal, non? Pour autant, après être passé dans le bureau de trois juges d’instruction – ceux que l’on veut supprimer–, avoir subi leur technique d’interrogatoire plusieurs heures durant, lu sur leur visage leur intime conviction que les manifestants sont des délinquants, seul face à celui qui décide de vous envoyer devant les tribunaux, le doute s’installe.


Suis-je véritablement un délinquant? La réponse à cette question, vous la recevez comme une énorme baffe quand c’est un procureur de la République qui vous la donne. Mais le pire est lorsque les quatre avocats des ASF, ténors du barreau, payés chacun 30 000 euros la séance, vous traitent de « dangereux terroriste » et jugent votre engagement « misérable et ingrat ». Cinq ans de procédure à ce rythme, on peut comprendre que, à force, on ne pense qu’à une seule chose: que ça s’arrête !


Eh bien non! Ce n’est pas fini! Ce week-end, c’est la gendarmerie qui a pris le relais. Après six ans de procédure, ils se sont pointés en plein après-midi: je suis désormais un individu à risques, la gendarmerie me demande donc impérativement un prélèvement ADN. Soumis aux lois de sécurité intérieure de Sarkozy, on m’impose le coton dans la bouche et le fichage obligatoire Fnaeg (Fichier national automatisé des empreintes génétiques). Alors, je me pose la question: dois-je me soumettre? Selon la loi et le Code pénal, si je refuse, c’est un délit (1). Je réalise alors à quel point l’injustice et l’oppression peuvent nous faire basculer dans le néant: je pense à ce qu’endurent les sans-papiers. À quand les fichiers que l’on pourra télécharger sur Internet pour s’assurer de son voisin?


(1) Article 706-56 II. Le fait de refuser de se soumettre au prélèvement biologique, prévu au premier alinéa du paragraphe I, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Nonobstant les dispositions des articles 132-2 à 132-5 du Code pénal, les peines prononcées pour les délits prévus au présent article se cumulent, sans possibilité de confusion, avec celles que la personne subissait ou celles prononcées pour l’infraction ayant fait l’objet de la procédure à l’occasion de laquelle les prélèvements devaient être effectués.

 

l’Humanité des débats 13/02/10

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Politique
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 10:42

Nous manifesterons samedi 12 décembre à 14h30 place Arago pour exiger que le sommet de Copenhague débouche sur un accord exigeant et juridiquement contraignant

La tenue du sommet de Copenhague pourrait constituer un événement planétaire majeur puisque le texte qui en sortira remplacera le protocole de Kyoto, mais, il risque d’accoucher d’une souris. Aussi est-il urgent que les peuples s’en mêlent et exigent de la part de chaque Etat, en particulier de la France, l’union Européenne et les Etats-Unis, des engagements réels en matière de réduction des gaz à effet de serre.

 Nous serons présents dans cette manifestation avec nos propositions dont celle de  « considérer les ressources naturelles comme biens communs de l’humanité et non comme une marchandise source de profit », ce qui implique de stopper les directives européennes de libéralisation visant à soumettre l’énergie aux exigences des marchés financiers.

Nous défendrons aussi le « droit à l’énergie pour tous », avec comme corollaire la mise en œuvre d’un vaste plan de recherche sur les énergies non émettrices de gaz à effet de serre et « la création d’une Agence mondiale de l’environnement » afin de rendre cohérent le développement durable de la planète en matière sociale et environnementale. Autant de mesures qui appellent à un dépassement du système productiviste capitaliste actuel.

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Politique
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 10:36


Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Politique
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 11:59

Initiatives Citoyennes

Nouveau Parti Anticapitaliste

Parti Communiste Français 

Parti de Gauche 
 


Stop aux mensonges !


Pour une autre politique des transports au service de la population et respectueuse de l’environnement 


Dans sa propagande sous forme de spot publicitaire : « Le rail, une nouvelle route pour la France » la SNCF et le ministère de l’environnement expliquent comment ils vont s’y prendre pour mettre les camions sur les trains. Mais cette vaste opération de communication qui a coûté la bagatelle de 20 Millions € a du mal à cacher une tout autre réalité. 


Après la fermeture de plus de 300 gares frets, sans émouvoir plus que ça le ministre de l’environnement, la SNCF vient d’annoncer en catimini l’abandon du Wagon isolé. Estimant ce fret pas assez rentable. En chiffre, la politique de démantèlement conduite par la droite entre 2004 et 2008 a mis chaque année 1,5 million de camions supplémentaires sur nos routes et fait baisser le fret SNCF de 12 milliards de tonnes au kilomètre. 


Où  est donc passé le grenelle de l’environnement ?


Nous soutenons l’initiative du « collectif 66 Urgence Climatique et Justice Sociale » du samedi 28 novembre à Estagel pour dire non aux camions et rouvrir la ligne Quillan – Rivesaltes au fret.


Nous assistons à une véritable campagne de désinformation et d’enfumage collectif sur les véritables intentions du gouvernement dont G. PEPY Pdg de la SNCF est le serviteur zélé. Localement, des orientations sont en passe d’être prises, notamment pour la rénovation du train jaune et le centre de maintenance de Cerbère. La région impliquée dans ces choix de gestion aurait une grande responsabilité dans la fermeture du centre de Béziers et de Cerbère et des transferts de charge qui s’en suivraient sur les habitants du Languedoc Roussillon, si elle cédait au chantage de la SNCF.


Concernant les transports express régionaux, nous sommes pour aller vers la gratuité avec cette mesure immédiate pour les trajets (domicile – travail) à la charge de l’employeur. Cela sous entend aussi une politique participative permettant de décider avec les citoyens des projets d’aménagement du territoire et des infrastructures.


Nous appelons ensemble  avec les syndicats de cheminots CGT

à un grand rassemblement


le 5 décembre 2009


Gare de Perpignan à partir de 10h00.

Ce rassemblement sera suivi d’un forum à 14 h  même lieu

« Pour une autre politique régionale des transports ».


I.C                PCF                PG                NPA

 

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Politique
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 11:40



Les résultats détaillés ci-dessous des votes pour les listes régionales :


Languedoc-Roussillon 3225 votants, 3166 exprimés, 2777 voix pour l’option 1 (Front de gauche élargi), 389 voix pour l’option 2 (Avec le PS au 1er tour).

Hérault : Option 1  : 92,28% Option 2  : 5,92%.
Aude : Option 1  : 80,56% Option 2  : 19,44%.
Gard : Option 1  : 80,97% Option 2  : 19,03%.
Lozère : Option 1  : 59,72% Option 2  : 40,28%.
Pyrénées Orientales : 1176 inscrits 630 votants    
Option 1  : 621 voix soit 98,57%.  
Option 2  : 5 voix soit 1,43%   
4 abstentions    

Le "Front de gauche élargi" est choisi à 87,71% par les communistes du Languedoc Roussillon

Choix de François Liberti comme chef de file des communistes pour les régionales de mars 2010. 

 3231 votants, 2993 exprimés.  Pour F. Liberti : 2821 ; Contre : 172.
Hérault : pour : 99,10% ; contre : 0,90%
Aude : Pour : 89,46% ; contre : 10,54%.
Gard : Pour : 89,63% ; contre : 10,37%.
Lozère : Pour : 80,95% ; contre : 19,05%.
Pyrénées Orientales :
Pour : 605 voix 98 %. (dont 82 sur PERPIGNAN)
Contre: 6 voix 0,8% (dont 0 sur PERPIGNAN)
Abstentions: 17 1,2%  (dont 5 sur PERPIGNAN)


Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche