Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 09:14

 

Les décisions de la mairie de Perpignan et de l’agglo Perpignan-Méditerranée soulèvent une nouvelle fois la polémique. Le feuilleton rocambolesque de l’arrivée du TGV pour laquelle Jean-Marc Pujol et Jean-Paul Alduy n’osent plus afficher le compte à rebours, se poursuit avec l’aménagement du quartier de la Gare.

 

Sans se ranger dans le camp des grincheux permanents, qui critiquent toute nouveauté, force est de constater qu’une véritable concertation avec les citoyens mais aussi entre les services concernés semble faire défaut. 


Les faits sont là pour le démontrer ! : 

 

- Mise en sens unique de l’avenue de la gare annoncée à grand renfort de communiqués retardée à la dernière minute


- Mauvaise information des usagers sur la modification des trajets de bus, ouverture de la gare côté ouest repoussée car non autorisée par la commission de sécurité


- Projet de déplacement de l’école J-J. Rousseau entraînant l’expropriation de 2 îlots (29 immeubles) médiatisé alors que rien n’est tranché…

 

Pour rattraper ces divers couacs, le Maire et le Président de l’agglo ont convoqué, ce 13 janvier, une conférence de presse commune qui n’a pas dissipé les critiques.

 

Il semblerait que les annonces sur l’école Rousseau n’aient pas fait l’objet de concertation au sein de l’équipe municipale. Jean-Marc Pujol a affirmé avoir visité les logements menacés d’expropriation et ne pas les avoir trouvés «majoritairement insalubres» contrairement aux propos de son adjointe déléguée à l’éducation, Nathalie Beaufils. Il a même déclaré que le déplacement de l’école n’était pas une obligation et qu’une possibilité d’agrandissement sur site, existait!

 

Quant à l’aménagement du quartier de la Gare, le «Président de l’Agglo ex-maire» l’a introduit ainsi: «A l’agglo on décide les ennuis que le maire assure!».

 

Pour les 2 élus, le bus-tram mis en circulation à la fin des travaux, les 1200 places supplémentaires de stationnement (Gare + Catalogne) et la mise en sens unique devraient fluidifier la circulation. L’objectif visé est de faire de l’avenue de la Gare «un circuit surtout piétonnier » du futur Perpignan.


Question fluidité, on peut émettre des doutes puisque le sens unique renvoie le flux des véhicules soit en direction du débouché du pont Arago, soit vers un nouveau feu tricolore qui sera implanté au niveau du quai Nobel à quelques mètres de la place de Catalogne pour permettre un tourne-à-gauche. Comme lors de l’entrée en service du 4ème pont, un nouvel engorgement est à prévoir à cet endroit, dès les premiers jours.

 

Place Cassanyes, 4ème pont, Gare…toujours les mêmes mécontentements par rapport à la concertation ! 

 

Pour nos 2 élus, elle semble se résumer à une présentation publique avant réalisation, sans ternir compte des remarques de bon sens des citoyens.

 

Dans la définition de concertation, on trouve : discussion, débat, réflexion avant prise de décision…, mais nos 2 hommes ont zappé le mot essentiel : ENSEMBLE. Les simulacres de concertation ne peuvent servir de réponse à la demande d’implication citoyenne.

 


Michel FRANQUESA

.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Perpignan vu par le PCF
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche