Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 19:43
Edition du 12 12 2009
Tout le monde s'y attendait. Ils l 'ont officiellement annoncé hier en fin d'après-midi à Montpellier : les vice-présidents communistes sortants du conseil régional ne rejoindront pas le Front de gauche pour les élections régionales de mars 2010. L'Audois Henry Garino, les Héraultais Jean-Claude Gayssot, et Josiane Collerais, le Gardois Jean-Paul Boré, ainsi que la conseillère régionale chevènementiste Béatrice Négrier (MRC) font donc fi des consignes nationales et du plébiscite des militants communistes du Languedoc-Roussillon qui ont décidé, à 87,8 %, de s'allier avec le Front de gauche au premier tour. "Nous sommes en désaccord avec la stratégie du parti communiste et nous ne l'avons jamais caché, expliquait hier Henry Garino. Le PC refuse l'union avec toutes les forces de gauche et la majorité sortante. C'est pourquoi nous avons décidé de repartir avec les socialistes et Georges Frêche".
"Pas dans le camp des diviseurs" Même s'ils n'excusent pas les propos tenus par Georges Frêche, Henry Garino et ses camarades, en responsabilité à la Région depuis 2004, considèrent que ce rejet de l'équipe sortante "diabolise un projet régional efficace et avilit le bilan de celles et ceux qui ont contribué à la rupture avec la droite et l'extrême droite en Languedoc-Roussillon".
L'élu audois poursuit : "Nous considérons que le danger du retour de la droite et de l'extrême droite est réel et que la division n'est pas une bonne chose. On ne peut pas laisser la liste Couderc arriver en tête au premier tour. Or ce refus sectaire de l'union ne peut que conduire à ça. En ce qui nous concerne, nous ne serons pas dans le camp des diviseurs". Mais pour suivre l'équipe socialiste et Georges Frêche, avec lesquels ils ont travaillé pendant cinq ans, les élus communistes sortants posent quelques conditions. "Nous demandons l'élaboration d'un projet commun avec le PS et toutes les forces de gauche en présence sur la liste, précise notamment Henry Garino. Nous exigeons la garantie d'avoir les moyens financiers et humains de mener à bien ce projet et l'assurance d'un travail collectif. Enfin, nous refusons toute hégémonie de qui que ce soit".
Sur les listes PS départementales Des points que les quatre dissidents communistes et leur collègue du MRC doivent encore éclaircir avec les socialistes, ce qui ne devrait pas poser problème puisque le PS leur a gardé des places, au cas où. "Nous allons discuter avec nos listes socialistes départementales respectives pour finaliser les engagements". Et en ce qui concerne leur avenir au sein même de leur parti, les élus communistes se veulent rassurants. "On ne pourra pas se revendiquer du PC, mais personne ne pourra jamais m'enlever ma qualité de communiste, assure Henry Garino. Nous ne sommes pas d'accord avec les instances nationales et régionales et nous l'assumons. Mais nous restons communistes. Leur choix n'est pas adapté à une élection locale. Aux municipales de Carcassonne, nous avons fait la démonstration que l'union dès le premier tour est le moyen de vaincre la droite".
Séverine Troucat

Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Lu dans la presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche