Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 07:52

PERPIGNAN Subventions, conventions, foncier…, l’ordre du jour du conseil du 25 octobre était peu excitant. Zooms sur un conseil consensuel et sur quelques élus.

PerpignanCastillet.jpg

En préambule, Nathalie Beaufils a évoqué la réforme des rythmes scolaires. L’adjointe au maire a affirmé «appuyer la réforme» et souhaité des précisions sur sa mise en application. Elle a évalué le surcoût possible pour la commune entre 600 000 et 1,2 millions d’euros. Nicole Gaspon a été la seule à intervenir sur cette concertation «pas assez large» et trop précipitée au vu du «transfert des charges». Le maire a été plus politicien: «l’état demandera-t-il aux enseignants de travailler plus sans être mieux payés ou bien les communes devront-elles payer?» Il a déjà envisagé une autre solution : faire payer les perpignanais. «1 millions, c’est + 2% d’impôts!» a-t-il lancé…

Au fil d’un ordre du jour consensuel, de rares dossiers ont recueilli quelques votes contre. La décision modificative des finances n’a guère soulevé plus de débats  

Alduy, le mégalo et Grau, le muet

C’est finalement le report de construction d’une salle communale, pointé par Nicole Gaspon et Jacqueline Amiel-Donat qui a fait monter la pression. Enervé, Jean-Paul Alduy s’est dit «fier de tout ce qu’il a fait» et a ressassé «…, le théâtre de l’Archipel, la place de la République…». Faut-il interpréter certains regards dans son propre camp, quand il a pris la parole, comme des signes d’indécision sur l’attitude à avoir en 2014 au sein de la droite? Repartira-t-il ou pas? Avec ou contre Pujol? Travaille-t-il pour son «poulain» Romain Grau? Cet homme, au sourire permanent d’adolescent moqueur, dont on parle beaucoup, reste muet lorsqu’il est présent. Ancien collaborateur de deux députés PS (Sicre et Codognes), suppléant aux dernières législatives d’un UMP (Mach), élu sur une liste divers gauche (Codognes), rallié aussitôt, en échange d’une vice-présidence à l’Agglo à un UMP centriste (Alduy), se  comporte-t-il ainsi pour mieux trahir, le moment venu, son actuel mentor?

Vera, la girouette

Approuvé par l’ opposition, la création d’un centre d’art contemporain (réhabilitation de l’annexe des Beaux-Arts) n’a pourtant pas fait l’unanimité. Clotilde Ripoull l’a jugée «superflue en période de crise » et inutile « puisqu’il en existe un d’initiative privée». Elle a voté contre comme Jordi Vera, le signataire du récent accord UMP/CDC pour 2014. Cet ex-colistier du groupe «nouvelle union avec la gauche» qui a créé avec le modem, le groupe centriste catalan, semble plus guidé par l’opportunisme que par la clarté politique.

 

Alduy, Pujol, Grau, Vera,… c’est bonnet blanc ou blanc bonnet!. Où, ceux que guident leurs ambitions personnelles, sit uent-ils l’intérêt des citoyens perpignanais? A moins de 18 mois des élections municipales, la réflexion mérite d’être lancée…

 

Michel FRANQUESA

Article publié dans le TC du 2 novembre 2012

Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Au Conseil Municipal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche