Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 09:25
Malgré 46 dossiers à l’ordre du jour, la réunion du 17 décembre a été plutôt consensuelle, notamment sur des questions qui étaient, à la même heure, sous les projecteurs de l’actualité planétaire à Copenhague. Les élus «Nouvelle Union avec la Gauche » ont voté contre 3 dossiers uniquement.

Grenelle 2015
Malgré la volonté perceptible de Jean-Marc Pujol d’imprimer sa méthode de fonctionnement (réponse positive à la demande de transmission des documents sous forme de CD et dotation en ordinateurs), l’ancien maire reste omniprésent et continue à peser sur les décisions. Le point n°1 a donné à Jean-Paul Alduy, l’occasion de le montrer encore une fois, en présentant le programme d’action Grenelle 2015 (commun avec l’Agglo). Un dossier transmis aux Conseillers sous forme de CD qui se décline autour de 6 thèmes :
- Territoire à énergie positive 100% renouvelable : Produire en 2015, autant que les besoins actuels (450 000 Mgw/h) grâce à divers programmes : 50 hectares de fermes solaires, 200 000 m2 de panneaux photovoltaïques, un parc éolien…
- Ville(s) archipel : Conserver un équilibre espaces urbains et espaces naturels, favoriser à travers un plan local habitat la mixité urbaine et la diversité sociale…
- Mobilité durable : Développer les transports en commun (futur Bus-tram), sens unique des boulevards de ceinture, suite du plan vélo…
- Agriculture et alimentation : Soutenir l’agriculture bio, développer les circuits courts de distribution, renégocier les contrats de restauration scolaire…
- Espaces et ressources naturelles : Créer 6 nouvelles stations d’épuration sur l’agglo, maîtriser la gestion et la qualité de l’eau, évaluer la diffusion des champs magnétiques…
- Ville(s) éco-citoyennes : Développer les gestes éco-citoyens, adapter l’organisation des services aux enjeux du développement durable…

Au terme de son exposé de 30 minutes, le 1er adjoint/président de l’agglo a affirmé vouloir prendre place dans l’après Copenhague (« On a tous une place aussi infime soit-elle dans les objectifs à atteindre »).
Nicole Gaspon tout en partageant les objectifs mentionnés, a posé des questions pertinentes : « Dans le contexte de crise et d’étranglements des collectivités aura-t-on les moyens de mener ces actions ?  Peut-on concevoir un programme aussi ambitieux sans qu’il ne soit prévu à une échelle plus large ? ». Elle a mis en garde contre les tentatives de culpabilisation des citoyens et proposé des incitations positives (réduction d’impôts) en opposition à la mise en place de la taxe carbone. Clothilde Ripoull s’est inquiétée de la concertation concernant le plan de circulation du 4ème pont et des ondes émises par les antennes-relais. Frédéric Gonano a demandé que l’on fasse preuve de la plus totale transparence et que l’on laisse de côté les slogans communication. Pour lui, un choix de société doit être fait à Copenhague, sous peine de «vivre une dictature de la pénurie» . Jean Codognes a relancé l’idée de construction d’un tram, et proposé d’installer des éoliennes en milieu maritime. Jordi Vera a suggéré d’utiliser les résultats d’analyse de l’air pour élaborer le plan de circulation. Il a évoqué le scandale d’une France (1er producteur agricole)  qui importe 75% de ses produits bio : une problématique à intégrer dans la réflexion. Concernant les antennes, il juge inadmissible que les opérateurs ne respectent pas les chartes qu’ils signent. Jean-Marc Pujol a souhaité avoir un jour, un débat sur le bio. Il a annoncé l’ouverture du 4ème pont pendant les fêtes, pour permettre d’évaluer la situation avec une circulation moins dense. La concertation avec les riverains étant prévue ,à l’issue de cette expérimentation.
Ce long débat ( 1 h environ) a été clôturé  par un vote à l’unanimité, contrairement aux résultats décevants du sommet de Copenhague. Une preuve, s’il le fallait, que tous les partis politiques sont mobilisés sur un sujet qui ne peut être considéré comme la chasse gardée des seuls partis verts ou écologistes.

Délégation de Service Public pour les Haltes Garderies

Sur le point n° 2, Jacqueline Amiel-Donat a évoqué « un cahier des charges non réservé aux associations qui laisse donc la porte ouverte aux sociétés privées ». Elle a pointé du doigt, documents à l’appui, le fait que « ce n’est pas le projet éducatif, mais le prix de la prestation qui y est privilégié ». Nicole Gaspon a enfoncé le clou parlant de « bradage du service public et de marchandisation de la petite enfance », et a proposé la possibilité d’utiliser les compétences des agents de la collectivité ou si besoin de former des agents.
Jean-Marc Pujol a persisté dans ses choix, gage à son avis de compétence, d’efficacité et de rapidité. Tous les élus « Nouvelle Union avec la Gauche » ont voté contre.

Un fin de conseil préfigurant la trêve des confiseurs.
De nombreux dossiers ont ensuite été votés à l’unanimité (notamment le principe de la réintégration du 1er cycle à l’Ecole d’Art), d’autres avec quelques abstentions sur  la forme. A noter cependant, un désaccord sur le mode de recrutement de la personne mise à disposition du groupe « Nouvelle Union avec la Gauche » (point n° 27) qui a motivé une abstention de tous les élus du groupe. L’un des derniers dossiers (le n° 41) a cependant brisé la monotonie de la fin de séance, puisque les 9 élus de Gauche ont voté contre. L’objet du litige concerne la vente de parcelles (sur lesquelles un engagement a déjà été signé avec la clinique St Pierre) au Conseil Général pour la réalisation de la rocade Ouest. Un imbroglio qui pourrait s’achever par une nouvelle passe d’arme juridique entre Mairie et Conseil Général.

Cette séance a encore confirmé qu’il ne faut pas compter J. Codognes, C.Ripoull et R. Grau parmi les opposants à l’équipe majoritaire : ils ont voté avec elle la totalité des dossiers à l’ordre du jour.
Par contre, et l’on ne peut que s’en féliciter, le consensus sur la volonté d’agir pour préserver la planète a été un des faits essentiels de ce conseil. Les interventions des uns et des autres ont été écoutées avec beaucoup d’attention. Dommage que tous les sujets ne reçoivent la même attention de la part de l’équipe en place…

Michel Franquesa


Motion Langues de France

Une motion sur les langues de France présentée par Jordi Vera ne sera pas  proposée au vote, malgré un large accord. Une commission  composée de J. Vera, J. Codognes, F. Gonano, J. Roure, I. De Noell, R. Sala est chargée d’en rédiger une plus consensuelle et moins polémique.




Inscription qui fait jaser…

Robert Folcher au nom de la liste de Gauche a interpelé le maire sur une phrase en arabe ancien inscrite sur les murs du Théâtre de l’Archipel. « Quelle est sa signification ? Pourquoi l’avoir bâchée ? Combien coûtera son effacement ? »
J-Marc Pujol et M. Halimi ont répondu que le choix avait été fait d’avoir des inscriptions dans différentes langues de la Méditerranée. Celle qui est incriminée est d’un philosophe musulman : Averroes.
L’inscription prévue « La divinité ne s’accorde pas du singulier », est devenue « Allah ne s’accorde pas des insignifiances » et a provoqué des remous au sein de la communauté musulmane.
Le coût de l’erreur (étude, effacement, réalisation) sera loin d’être insignifiant. J-Marc Pujol l’évalue entre 30 000 et 50 000 €


Calendrier des prochains Conseils Municipaux :

Les jeudis 28 janvier, 25 mars, 29 avril, 6 juin, 8 juillet et 16 septembre à 17 h


Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Au Conseil Municipal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche