Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 07:04

Conseil Municipal de Perpignan :

 

8% d’augmentation des impôts, sinon rien !

 

Cinq mois après été propulsé sur le devant de la scène, suite à l’abandon par J-Paul Alduy de son fauteuil de maire, Jean-Marc Pujol a achevé sa période d’adaptation. La séance du conseil municipal du 25 mars en est la preuve. Plus enclin que son prédécesseur à laisser l’opposition s’exprimer, il sait rester plus calme face aux provocations sans oublier, si besoin est, d’être mordant. Le nouveau maître à bord a bien pris en main la direction du nouvel équipage, mais il devra se garder de son premier adjoint qui a du mal à lui laisser la barre. Le débat sur le Budget Primitif l’aura encore une fois révélé.

 

Le budget comme plat de résistance

Le maire (ex-adjoint aux finances) a développé un discours bien rôdé. «La crise n’est pas terminée, il est nécessaire de soutenir l’investissement, pour amortir les effets de celle-ci sur les perpignanais. Pour pallier la réduction des recettes, augmenter les impôts est le seul moyen» Son argumentation : l’absence d’augmentation depuis 2003 et une série de chiffres qui présente Perpignan comme une des villes les moins chères. Mais il oublie d’insister sur un endettement important (1700€/habitant).

L’opposition porte un autre regard sur tous ces chiffres. Martine Ruiz notera « l’explosion des dépenses (+ 14 millions d’€ en 2 ans) et dénoncera l’utilisation de techniques comptables pour masquer des gouffres financiers ». Nicole Gaspon qualifiera ce budget de « travaux pratiques de l’étranglement des collectivités territoriales » et dénoncera l’installation de caméras comme unique réponse sur la sécurité. Jacqueline Amiel-Donat rappellera que l’investissement ne représente qu’un tiers du budget et que Perpignan est rattrapée par l’endettement.

Jean-Paul Alduy, défendant une bonne stratégie financière, trouvera le moyen de tirer la couverture à lui pour « atténuer l’augmentation des impôts pour les ménages modestes » avec un scoop : « J’ai négocié qu’à compter du 1er juillet le coût des 60 premiers mètres cubes soit divisé par deux, soit 25 € d’économie» Après une heure trente de débats, 11 voix (Union avec la gauche + J.Codognes et C.Ripoull) s’exprimeront contre ce budget.

 

Conseils de Quartier, Environnement, Fourrière, Théâtre de l’Archipel… en accompagnement

Nicole Gaspon saisira l’occasion de la désignation des membres des 5 conseils de quartiers pour exprimer ses doutes sur la volonté d’en faire des lieux de démocratie (opposition absente, pas ouverts au public).

Le rapport sur le prix et la qualité de l’eau permettra à Nicole Gaspon et Jacqueline Amiel-Donat d’aborder la question du retour en régie municipale. Un débat s’engagera sur les coupures d’eau et la nécessité de rappeler Veolia au respect des textes. D’autant plus que certaines coupures sont subies par les locataires pour défaut de paiement des propriétaires.

Le renouvellement de la convention de délégation de service public pour la fourrière provoquera quelques échanges sur la politique d’enlèvement, sur la fermeture durant les week-ends et sur l’opportunité de la reprendre en régie.

Enfin, un avenant concernant le théâtre de l’Archipel relancera les débats sur le coût du loyer à payer pendant 40 ans. Une nouvelle occasion pour J-Paul Alduy de se faire mousser avec un PPP (Partenariat Public Privé) qui serait présenté comme modèle de financement en France.

 

Face à la baisse annoncée des recettes, les élus de Perpignan devaient choisir : réduire ou mieux maîtriser les dépenses ou bien augmenter les diverses taxes (habitation, foncière…). La majorité en place a choisi, plutôt que de s’attaquer aux dépenses (loyer du théâtre de l’Archipel, entretien de la fontaine Maillol, travaux à répétition sur le boulevard Clémenceau…) ou à chercher de nouvelles ressources avec le passage en régie municipale de certaines délégations comme la fourrière, les parkings…de faire retomber sur les ménages, le coût de la crise et du désengagement de l’Etat. Au bout du compte, ce sont toujours les mêmes qui trinquent!

 

Michel FRANQUESA

 

A noter :

- Romain Grau.a pris la parole…Elu de la liste Codognes et débauché par J-P. Alduy pour la Communauté d’agglo, il a expliqué pourquoi il fallait voter le budget, confirmant ainsi qu’on ne peut le classer dans l’opposition.

S’agit-il d’une passerelle pour un rapprochement à venir entre les deux hommes qu’il côtoie ?

- Le montant de la facture pour l’erreur d’inscription sur le mur du théâtre de l’Archipel s’élève à 25 043,85€ …

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Au Conseil Municipal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche