Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 18:08

Des citoyens sous l’œil de 150 caméras d’ici 2014!

Avec 57 minutes pour traiter 30 des 40 dossiers (moins de 2 minutes en moyenne), cette séance aurait pu battre des records. Elle a pourtant duré 4 heures, parce qu’au menu, il y avait le compte administratif, la vidéosurveillance, la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure et la Charte Municipale de la Langue Catalane.
Le Compte administratif 2009


Le débat sur le compte administratif n’a pas réservé de nouveautés si ce n’est la sortie lors de ce dossier (conformément à la loi) à la fois de J-M Pujol et de J-P Alduy (tous deux ayant été maires durant l’exercice 2009). Le rapporteur, Pierre Parrat avec une verve que sa profession d’avocat lui permet de cultiver, a dépeint une ville en tête des hits parades (accroissement de population, faiblesse des taux des taxes, politique d’emprunt qui soutient l’investissement…) Une argumentation du style «Tout va très bien, Madame la marquise!» que Nicole Gaspon a qualifié «de disque rayé » au vu du «complet décalage avec le vécu des perpignanais dans une ville où le taux de chômage est de 14%». Elle l’a illustré avec les tarifs élevés de la piscine Arlette Franco, le 4ème pont qui freine la fluidité de la circulation, la réduction des subventions aux associations participant au Contrat de Cohésion Sociale et la suppression du Point Jeunesse à l’Université. Jacqueline Amiel-Donat a pointé une nouvelle fois, un Budget prévisionnel tout juste réalisée à 50% pour l’investissement. Martine Ruiz notant un excédent de fonctionnement en baisse, a enfourché son cheval de bataille : la lourdeur des charges financières. Jean Codognes a, lui, qualifié de catastrophique, l’organisation de la ville et l’efficacité de sa gestion.


Vidéo surveillance

 

Pierre Parrat (en charge du dossier) a présenté une série de chiffres pour se féliciter de la densification du système : 104 caméras en fonction fin 2010, 150 d’ici 2014. Nicole Gaspon (seule à voter contre) s’est inquiétée de cette intrusion de Big Brother dans notre vie de citoyen et a dénoncé une logique répressive en lieu et place d’une politique de prévention. Un dossier qui a révélé les positions surprenantes des uns et des autres amenant un vote largement majoritaire avec 1 contre et 4 abstentions. Olivier Amiel-Donat tout en dénonçant le fiasco de la vidéo à Londres a voté pour, tout comme Jordi Vera parce que… sa voiture a été vandalisée.  J-Marc Pujol a qualifié la vidéo protection (il ne «faut» plus dire le terme surveillance) de « contrôle intrusif », reconnaissant que ce n’est pas la panacée et que cela ne fait que repousser les problèmes vers d’autres lieux.


Pour répondre aux questions de Nicole Gaspon et Martine Ruiz sur l’équipement en taser de la police municipale, le maire s’est voulu rassurant. Il a reconnu que cette décision, est une conséquence du désengagement de l’état  (réduction des effectifs de la police nationale). La réflexion de son équipe a abouti à choisir des Taser équipés de caméras et de micros et une formation réalisée par la police nationale.


On retiendra de ce conseil, une orientation très marquée vers le tout-sécuritaire, dans laquelle Pierre Parrat, le «Monsieur Sécurité» de la mairie évolue à son aise. Une orientation sur laquelle on sent la plupart des élus de l’opposition très fragilisés et incapables d’impulser une réflexion sérieuse et cohérente sur la nécessité d’agir sur les causes plutôt que de basculer dans le tout-répressif. Perpignan se prépare-t-elle à basculer dans un avenir de science-fiction où on implanterait sous la peau de chaque habitant une puce électronique qui permettrait de les suivre à la trace ?


Michel FRANQUESA

 

A noter :

 

Un ordinateur et une clé USB pour chaque conseiller
6 conseillers l’expérimentent. La dématérialisation des documents sera généralisée fin 2010. Terminées les centaines de photocopies tirées à chaque séance.

 

 

TLPE (Taxe Locale sur la Publicité Extérieure) : Cette taxe qui aide à lutter contre l’invasion publicitaire a agité davantage certains élus de l’opposition. Pourtant, elle ne s’applique que si l’enseigne publicitaire dépasse 7 m2.. Sur 9328 entreprises recensées seules 6,2% sont concernées

 

 

- Le Collectif « Pour un Centre de Documentation sur l’Histoire Franco-Algérienne » était à nouveau  présent dans les rangs du publics pour rappeler ses revendications « Pour le déplacement de la stèle OAS », « Hommage à tous les disparus de la guerre d’Algérie », « Une histoire pour tous avec un comité scientifique».. Des mots d’ordre qui pourraient faire consensus si la majorité municipale modifiait son positionnement partisan.
Affaire à suivre…puisque ce sujet sera à l’ordre du jour du conseil du mois de juillet.

 

- La Charte Municipale pour la Langue Catalane votée à l’unanimité, n’a  donné lieu à aucun écart de langage.

 

- Romain GRAU continue à jouer le conseiller fantôme.

Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Au Conseil Municipal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche