Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 03:57
Après l’examen de 34 dossiers (dont 15 votés à l’unanimité et 5 uniquement avec des votes contre) et au bout de 3 heures de séance, on est en droit de se poser la question : faut-il encore attendre quelque chose des réunions du Conseil Municipal de Perpignan mis à part … une patinoire pour Noël ?

 

Les débats de cette assemblée préfigurent, de plus en plus, ce qui nous attend avec le projet de réforme des collectivités territoriales et la suppression de la taxe professionnelle. A l’avenir, de moins en moins de décisions appartiendraient aux maires et aux conseils municipaux. Le basculement des compétences vers les communautés d’agglo réduirait les possibilités d’exercice de la démocratie locale en éloignant les citoyens des lieux de décisions. Martine Ruiz l’illustrera en comparant l’épaisseur des documents sur les informations non soumises à délibération largement supérieure à celle des dossiers à examiner. Nicole Gaspon, évoquant la gravité et les conséquences d’une telle réforme, proposera d’en débattre. J-Marc Pujol (« problème national sur lequel je ne veux pas me prononcer ») et Jean-Paul Alduy (« texte qui n’est pas encore voté ») tenteront de taper en touche mais, après une intervention de Jacqueline Amiel-Donat, le maire donnera son accord pour organiser un débat après un conseil municipal.  A suivre donc !

La régie « Le Théâtre de l’Archipel »

Ce dossier (fin des régies de Campler, du Théâtre, du Médiator et création d’une régie «Théâtre de l’Archipel » ) a été un des rares à permettre un débat. Nicole Gaspon s’est interrogée sur les raisons d’un tel montage qui risque de brider la création ? « On a du mal à voir la cohérence. La volonté de mutualiser ne cache-t-elle pas un souci de faire des économies ? ». Jacqueline Amiel-Donat a rappelé l’opposition de son groupe au mode de financement (Partenariat Public Privé) qui représente un coût élevé pour la collectivité pendant 20 ans) et évoqué « un contenant sans contenu ». Maurice Halimi, volubile sur le sujet, a souligné le dialogue mené depuis des mois avec les directeurs actuels, le trop plein d’offres (456 spectacles par an sur Perpignan, sans concertation) et le pôle transfrontalier avec Gérone. Danièle Pages a affirmé que la réflexion a été guidée par un souci de meilleur fonctionnement et une nécessité de mettre de la cohérence. Enfin le futur président de cette régie (J-Paul Alduy) a parlé d’une étape dans un long cheminement, de la liberté de création garantie et a félicité… l’ancien maire (J-Paul Alduy)  pour sa pugnacité.

L’environnement en débat

La mise en œuvre de plans climat territoriaux a permis quelques échanges . J-Paul Alduy en charge du dossier a déclaré qu’une trentaine d’actions seraient présentées au prochain conseil municipal. Il en a évoqué quelques-unes : éclairage public à transformer pour le rendre plus économe, adaptations à réaliser face au dérèglement climatique, éco-quartiers… avant de proposer à…Jean Codognes de prendre la parole pour une motion. Celui-ci a saisi l’occasion pour développer la problématique de l’appel pour l’ultimatum climatique, évoquer GeorgesFreche qui «n’a pas gâté notre ville» et renouer avec ses démonstrations théâtrales (remise de drapeaux au maire et à son adjoint et distribution de l’appel à la presse). Frédéric Gonano, a souligné que nous ne devions pas nous prendre pour des champions vu que certaines villes appliquent le G 2015 depuis 20 ans  (Toulouse en est à son 2ème plan). Souhaitant que l’on associe la population à la concertation, il a évoqué l’incohérence dans les actions entre un parc Sant Vicens très bien et un centre ville trop minéralisé. «La végétalisation a un effet sur le stress et la température ».

La patinoire et le vélo

Le dossier, sur l’installation d’une patinoire éphémère (faudrait-il écrire «effet maire») pour stimuler l’activité commerciale du Centre pour les fêtes de Noël a suscité quelques échanges sur son opportunité, son emplacement et ses tarifs (5 € par adulte et 4 € pour les moins de 12 ans). Olivier Amiel après avoir noté que «cela fait 17 ans qu’on attend la reconstruction de la patinoire du Moulin à Vent», a été le seul à voter contre.

Le dossier contentieux avec la société Clear Channel  provoquera quelques débats autour de l’utilité de développer le vélo en incluant dans la réflexion l’analyse de l’échec du vélo libre service BIP.

 

Le déroulement de cette séance a été la confirmation que les textes en vigueur et la communauté d’agglo Perpignan-Méditerranée vident progressivement la substance des conseils municipaux en attendant que la réforme des Collectivités ne les fassent disparaître. Une marche en avant que Jean-Paul Alduy accompagne avec zèle et empressement. L’ex-maire, nouveau premier adjoint, omniprésent, continue à tirer les ficelles. En charge du dossier environnement, désigné président de la régie du Théâtre de l’Archipel, il continue à peser fortement à la tête de la ville de Perpignan, tout en ayant moins de comptes à rendre aux citoyens perpignanais. Cela lui laisse les coudées franches pour de petits jeux politiciens avec Jean Codognes.

 

Notes en vrac:

- Romain Grau (colistier de Codognes, débauché pour une place à l’agglo par Alduy) est resté muet pour son retour après 2 absences consécutives.

- Robert Folcher (Nouvelle Union avec la Gauche) en est lui à sa 2ème absence consécutive

- Les élus «Nouvelle Union avec la Gauche» ont voté tous les dossiers en ordre dispersé sauf ceux mettant fin aux régies Campler, du Théâtre et du Médiator : 8 voix contre et 1 abstention (Jordi Vera).

- Deux dépôts de fonds privé d’archives pour la ville : l’un de Pierre Sielva (documents sur la période d’occupation), l’autre de Georges Dunyach connu sous le nom de Jordi (7500 dessins)

- La nomination de Jean-Louis De Noell (ex Front National) en tant personnalité (sic) au sein de la commission du patrimoine. Est-ce ce qui a motivé sa brève apparition dans les rangs du public?

- Le remplacement de J-M Pujol dans plusieurs commissions  par Suzy Simon-Nicaise : preuve du renforcement du visage droitier de la majorité municipale.

- Jean Codognes et Romain. Grau se sont beaucoup amusés de proposer systématiquement : Clothilde Ripoull à toutes les commissions, pour leur groupe.

- L’attribution de subventions aux associations n’a pas permis au maigre public de connaître les sommes attribuées et à qui- Aucun chiffre n’a été donné.

- Nicole Gaspon a proposé que  la ville s’associe au collectif de défense des écoles maternelles.

 - Jacqueline Amiel-Donat a évoqué la nécessité d’ un syndicat mixte de transports entre PMCA (agglo) et le Conseil Général.

 

 

Michel FRANQUESA

Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Au Conseil Municipal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche