Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 08:06
Budget de Perpignan: le rituel

Budget de Perpignan: le rituel COINSEIL MUNICIPAL. La présentation du débat d’orientation budgétaire est devenue à Perpignan un rituel au cours duquel la majorité se fait mousser. L’opposition du FN reste toujours aussi virtuelle.

Prenant appui sur une série d’indicateurs choisis parce que favorables, nous avons eu droit à l’habituelle autosatisfaction sur l’attractivité du territoire, l’amélioration de la situation financière (autofinancement, délai moyen de remboursement de la dette…) et le maintien du niveau des investissements. Une présentation idyllique du budget de la ville à ne pas critiquer... La cour régionale des comptes épingle la dette de l’Archipel et hop le maire envoie une salve contre la «lecture idéologique de certains fonctionnaires» avant d’enchaîner sur les bienfaits du PPP (partenariat public privé) et de citer le modèle anglo-saxon en exemple. Dans la foulée, il pousse une charge contre la réduction des dotations aux collectivités décidée par l’Etat (25,8 millions d’euros en moins sur 4 ans pour la ville). Mais pourquoi ne l’a-t-on jamais entendu dénoncer, avant 2012, les mêmes choix politiques avec les mêmes conséquences décidés par Sarkozy? Bref tout ce qui va bien, c’est grâce à l’équipe majoritaire, tout ce qui va mal, c’est la faute des autres!

L’opposition FN compte pour du beurre.

Depuis l’élimination de la gauche, il n’y a pas de réelle opposition à Perpignan. Comme ils défendent les mêmes options économiques que la droite, les élus FN sont d’autant plus en difficulté pour développer une argumentation critique. Une de leurs propositions récurrentes consiste à remettre en cause les subventions aux associations. Il y avait, pourtant, matière à intervenir sur les projets, la suppression de 50 emplois par an (130 déjà depuis 2010), ainsi que sur un maintien annoncé des taux de fiscalité, qui aboutira pour certains à une augmentation de la taxe d’habitation avec la révision des valeurs locatives.

Le remplacement d’un maire-adjoint a révélé des fissures parmi l’équipe du maire. Maïté Sanchez-Schmid n’a obtenu que 31 (11 blancs et 1 nul) des 43 voix possibles et un léger malaise flottait dans la salle à l’issue du vote. Le petit message entendu par certains, «Chose promise, chose due!» lors de la remise de l’écharpe par le maire à la nouvelle adjointe, laisse en effet penser qu’il y avait un deal (lequel ?) dont Pierre Barbe a fait les frais.

En fin de séance, le FN a pris prétexte de l’absence d’indemnisation de ses élus pour quitter la salle et jouer la carte de la victimisation. Une manière de faire le buzz avant les élections départementales, pour faire oublier qu’au niveau des choix politiques, droite et FN se retrouvent dans le capitalisme et que, depuis l’élection de mars dernier, on n’a pas entendu le FN faire des propositions.

Michel FRANQUESA

* article publié dans le TC du jeudi 19 février 2015


 

Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Au Conseil Municipal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche