Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:33
Après les municipales, construire l'alternative

En Face

«L’extrême droite n’est plus seulement utilisée comme un cri de rage; elle apparaît comme une alternative qui n’a pas été essayée, et d’autres tremblements de terre électoraux sont à attendre si l’immobilisme l’emporte». C’est en ces termes que l’éditorialiste de l’humanité rassemble une partie de ses conclusions, en s’adressant à tous. Je les fais miennes. Il poursuit ainsi: «C’est sur le terrain de l’avenir politique, des revendications de classe et du vivre ensemble, sur celui d’une nation déployée vers le grand large des fraternités, d’une Europe débarrassée du virus des concurrences meurtrières et de la loi du dividende maximal que les bruns-Marine peuvent être battus. Pour cela, il faut être pleinement la gauche, porter une République renouvelée, marier les revendications concrètes et l’ambition de vraies transformations. Voilà du travail pour toute la gauche». Une fois n’est pas coutume, mais l’emprunt et la citation me sont apparus, cette fois-ci, comme nécessaires et utiles à chacun.

Chacun a construit son commentaire depuis dimanche, voire son analyse, c’est certain. Des discussions, toutes respectables, se poursuivent, utiles, pour comprendre. Des «conclusions» consensuelles ou massives se font jour: «Le gouvernement n’a pas fait ce pour quoi il a été élu. Il a été puni»; «les gouvernements successifs (droite et socialiste) ont mené une politique qui aggrave la situation de la majorité des citoyens»; «si on continue, on va dans le mur»; «Les difficultés vécues par des millions de personnes incitent à la colère, ou au renoncement»…sans oublier, et cette dernière période en a eu son lot, cette succession «d’affaires» qui aura, sans aucun doute, pollué le débat démocratique et éloigné certains citoyens de la réflexion et de l’engagement, notamment la jeunesse. Autre élément, moins apparent, qui aura pollué le débat, et l’aura même empêché, c’est l’absence quasi absolue des représentants du PCF et des autres formations du Front de gauche dans les médias, et la promotion étonnante du FN devenue aujourd’hui habituelle dans tous les médias publics ou privés.

Et alors ?

Construire l’alternative nous revient. Nous, c’est le salarié, c’est l’intellectuel, l’intermittent, le cheminot, l’intérimaire, l’enseignant, le médecin, le locataire… le citoyen. Nous, c’est toute la gauche, et en particulier le Front de gauche avec ses partis aux histoires diverses, qui ont aujourd’hui la responsabilité de répondre au défi et de faire grandir «un rêve» alternatif, une projection alternative, de promouvoir l’idée d’avenir et d’en (re)préciser les contours essentiels. Nous, ce sont les marcheurs du 12 avril, à Perpignan et à Paris, qui «prendrons» la rue pour une politique plus juste, plus humaine, plus anticapitaliste.

* Michel Marc (Edito du TC du 28 mars 2014)

Partager cet article

Repost 0
Publié par PCF Perpignan - dans Municipales 2014 Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la section PCF de Perpignan
  • Le blog de la section PCF de Perpignan
  • : Communiqués, informations et activités de la section PCF de Perpignan
  • Contact

Recherche